Histoire de la Commune

L’origine du nom serait «Castrum de Antinhaco» nom donné au camp romain qui couronne la crête du Tignet et qui deviendra successivement De Antinoco puis De Antinieto pour se transformer peu à peu en Le Tignet.
Mais ce camp romain avait été d’abord un camp ligure dont les légionnaires romains s’étaient emparé.

Histoire

On sait que la façade méditerranéenne a été peuplée depuis des millénaires. De nombreux vestiges mégalithiques montrent qu’entre Var et Siagne vécurent dès l’âge de bronze des populations celto-ligures.

En bordure de la commune, il existe des «camps ligures» enceintes préhistoriques constituées de remparts en partie écroulés, situés sur les points hauts.

Le col dit de Collebasse, point le plus élevé du Tignet est encadré de deux sites ligures, le camps des Luchous dominant de hautes falaises grises à l’Est, et le sommet de l’Eouvière, à 667m d’altitude, pris par les romains constitué d’une muraille de pierres sèches de 2 à 3 mètres de hauteur sur 3m d’épaisseur, doublée ou triplée de murettes moins importantes sur les faces plus accessibles .

Ces camps étaient surtout utilisés comme refuges, l’absence d’eau interdisant une occupation prolongée.

Les ligures, éleveurs et agriculteurs devaient vivre normalement sur les pentes riches en sources descendant vers la plaine.

La période romaine s’étend de 154 avant J-C et 472 après J-C, les légions romaines battirent les ligures sur les bords de l’Apron qui est l’ancien nom de la Siagne ; apron venant du mot latin aper signifiant sanglier. Les sangliers sont encore nombreux sur les pentes boisées de la Siagne.

Les Romains occupèrent alors l’Eouvières poste d’observation remarquable encore utilisé de nos jours pour la surveillance des feux de forêts.

Les romains créèrent de vastes exploitations agricoles et développèrent le Tignet, ce développement s’acheva avec l’effondrement de l’empire romain et les invasions barbares ve